1 Rue Madame de Staël
03100 Montluçon
ce.0030025L@ac-clermont.fr
+33 (0)4 70 09 79 00

Maurice Audin est mort sous la torture

Maurice Audin est mort sous la torture

Par Armelle Nardot-Peyrille et Inès Dolbecq

Maurice Audin est né le 14 février 1932 à Bela en Tunisie, où son père était gendarme. Il passe son enfance en Tunisie, puis il part étudier en France (à Autun, Saône-et-Loire) juste après la seconde guerre mondiale. A la fin des années 1940, sa famille émigre en Algérie. Il fait des études de mathématiques à l’université d’Alger, il obtient sa licence en 1953 et devient par la suite assistant d’un professeur universitaire. En 1951, il adhère au parti communiste algérien. Il est anti-colonialiste, et il participe à la diffusion de la presse communiste tout en apportant son soutien aux militants clandestins.

Le 11 juin 1957, pendant la bataille d’Alger, il est arrêté chez lui par des parachutistes français alors qu’il est en compagnie de sa femme et de ses 3 enfants : il est soupçonné d’héberger des dirigeants de la cellule armée du parti communiste, et de soutenir le Front de Libération Nationale (FLN). Il est interrogé puis torturé par l’armée française, la version officielle assurant qu’il s’est échappé lors d’un transfert le 21 juin 1957 et que personne n’a pu retrouver sa trace ; officieusement, il a été assassiné.

Sa disparition a eu un grand impact en France ; beaucoup de personnes ont tenté de rétablir la vérité sur sa disparition. Plusieurs livres ont essayé d’en éclaircir les mystères, notamment celui de Pierre Vidal-Naquet intitulé L’Affaire Audin , dans lequel l’auteur démontre l’impossibilité d’une évasion ; il est bien plus probable qu’il soit mort le 21 juin 1957 au cours d’une séance de torture. Henri Alleg , détenu en même temps que lui, devenu journaliste, affirme que Maurice Audin a été torturé. Cependant, les détails concernant cette affaire restent inconnus, comme le lieu où il a été enterré.

La femme du mathématicien a toujours voulu élucider la disparition de son mari, et c’est récemment qu’elle a obtenu justice. Le 13 septembre 2018, Emmanuel Macron a reconnu la responsabilité de l’état français dans la mort de Maurice Audin et a présenté ses excuses au nom du pays. Par le biais d’un communiqué paru dans les pages du Monde, l’Elysée déclare que « le président de la République a (…) décidé qu’il était temps que la Nation accomplisse un travail de vérité sur ce sujet. Il reconnaît, au nom de la République française, que Maurice Audin a été torturé puis exécuté ou torturé à mort par des militaires qui l’avaient arrêté à son domicile ». Cette reconnaissance de responsabilité de l’Etat est un pas en avant dans la libération de la parole autour de la guerre d’Algérie, néanmoins, beaucoup de mystères entourent encore ces  »événements ». Le député Cédric Villani a déclaré que « le grand travail d’ouverture d’archives, initié par François Hollande, [allait] se poursuivre […] et que l’Etat ne [chercherait] plus à imposer sa version ».

Télécharger l'article
Share